Le village de Chanteap (province de Takeo) dispose désormais d’un accès à l’eau grâce à Lueur d’Orient.

C’est depuis août 2011 déjà que notre association opère dans le petit village de Chanteap (province de Takeo, S-E du Cambodge). Comme à Phnom Penh, nous avons commencé « petit », sans surestimer nos moyens. Progressivement l’effectif d’enfants aidés a grandi, de 4 enfants au début, nous en sommes maintenant à 6 et très prochainement 8. Le moment était venu de passer à une forme d’aide complémentaire.

Comme pour Phnom Penh, l’idée d’aide complémentaire est venue de Jahry Ungell, le président de l’ONG cambodgienne « Lueur d’Orient ». A Phnom Penh cette aide a pris la forme d’un projet de microcrédit en direction des tutrices des enfants, qui est un vrai succès : déjà 11 crédits accordés et intégralement remboursés. A Chanteap, la question se posait différemment, du fait de la nature essentiellement agricole de l’activité. Jahry Ungell a proposé l’installation d’un puits qui serait mis à la disposition de tous les villageois.

Il faut savoir que l’accès à l’eau dans les campagnes cambodgiennes est un problème constant : nous sommes dans l’Asie des moussons, et s’il pleut fortement 6 mois par an, les 6 autres mois sont désespérément secs. II n’y pas de réseau d’eau potable et il faut stocker l’eau de pluie ou aller la chercher à la rivière ou au lac, quand il y en a un(e), avec tous les problèmes sanitaires que cela implique.

Le projet a été lancé en mars 2013 et a été concrétisé dans le courant de mai. Cet accès permanent à une eau potable de qualité convenable a été entièrement financé sur les fonds de notre association, qui bénéficie depuis sa fondation de l’appui financier de la municipalité de Téteghem. C’est donc grâce à l’union des efforts de tous que ce projet est devenu réalité. Les habitant(e)s de Chanteap vous adressent à toutes et tous leur profonde gratitude.

Ci-dessous le reportage photo de cette aventure.

Un premier forage est fait le 2 mai
Ce forage est malheureusement un échec
Un nouveau forage est tenté le 3 mai à un autre endroit
Cette fois-ci couronné de succès, sous l’œil intéressé des enfants
Il y a constamment du public pour assister à cet évènement
Et l’eau tant espérée finit par jaillir
Le tube de forage est alors bouché pour éviter que la précieuse denrée ne se répande partout
On va prendre un peu de terre dans une rizière voisine
Le transport se fait à la cambodgienne, dans des paniers tressés, à dos d’homme
Cette terre servira à surélever le pourtour du puits pour éviter la stagnation d’eau
Ce travail prend 2 jours
Photo souvenir avec le propriétaire du terrain qui a bien voulu faire cadeau de 16 m² à l’association pour le bien de tous
Puis on creuse (à la main) le puits proprement dit sur 8 m de profondeur
Et l’intérieur est garni d’anneaux en béton
Ces anneaux sont ensuite cimentés …
… jusqu’au fond
Le puits se termine par 2 anneaux hors du sol, et on aménage un carré surélevé de 4 m x 4 m
On laisse sécher pendant une semaine, et le 13 mai les travaux reprennent : on garnit le tour du puits de pierrailles
On installe les tuyauteries secondaires
Le tout est noyé dans la chape de ciment
Le 13 mai, la nuit est tombée, les ouvriers prennent un repos bien mérité
Le puits est maintenant terminé et opérationnel. Il est équipé pour le puisage au seau, le pompage à la main, ou le pompage à la pompe mécanique (pour ceux qui en ont une).
Moment émouvant : le puisage du premier seau. L’eau est un peu trouble, mais cela va s’arranger dans les jours qui viennent
Tout le village vous exprime sa profonde gratitude