Le Cambodge ne fait pas exception aux règles de confinement que nous connaissons en France. Les enfants ne vont plus à l’école, de nombreuses entreprises sont à l’arrêt. La différence avec notre pays c’est qu’au Cambodge il n’y a aucun dispositif d’amortissement social tel que nous le connaissons : pas d’allocations chômage, pas d’allocations familiales par exemple. La quasi totalité des familles aidées par Lueur d’Orient se sont retrouvées du jour au lendemain dans une situation extrêmement précaire : elles n’avaient plus pour vivre que l’aide à la scolarisation versée par notre association. Il était hors de question de les laisser dans cette situation. C’est pourquoi Lueur d’Orient a débloqué immédiatement sur fonds propres une première aide d’urgence de 230 € (250 $) et dans le même temps lancé un appel aux dons pour une deuxième aide. La ville de Téteghem-Coudekerque Village s’est jointe à la collecte, et un deuxième envoi de 800 € (880 $) a été effectué lundi 27 avril. Un troisième envoi de fonds sera fait dans une dizaine de jours. L’association Lueur d’Orient tient à exprimer ici toute sa gratitude à tous les donateurs, et en particulier à Monsieur le maire de Téteghem-Coudekerque Village, pour leur promptitude à réagir et leur générosité.